Collection gratuite et virtuelle

Pour aider à améliorer ce site, vous pouvez transmettre des cartes postales.
Scannez ainsi les documents dans une résolution maximum en JEPG de préférence.
Envoyez-les ensuite à l'adresse suivante : bsdjack@neuf.fr
Toutefois aucune réponse ne sera établie sur demande d'achat de cartes.
BONNE VISITE ET MERCI

Retour index

10 - LES EVOLUTIONS ET SITES


LA BICYCLETTE ET L'AUTOMOBILE

Cyclistes sur le pavé devant le théâtre


Première voiture à roues, rue Jules Ferry 

1896

Louis Geisler

Voiturier rue Jules Ferry


Voiture Chanard et Walker



Bus place de la Mairie

En ces temps, RAON découvre la bicyclette « La petite Reine », réservée aux privilégiés qui fait son apparition peu avant 1889. Durant les années 1900, ce deux roues coûte cher. Un ouvrier travaille 90 heures pour en acquérir une. De plus, la Loi des Finances du 13.04.1898 oblige les propriétaires à déclarer aux contributions les vélocipèdes. Celles-ci se déploie grâce à la création de compagnies de cyclistes. L’association  : Union Vélocipédique de France se crée à Raon. La ville connaît aussi l’automobile qui arrive quelques années plus tard dont celle de monsieur Louis GEISLER en février 1895.


LES SOCIETES DE TIRS

Prenant une idéologie patriotique et servant à la préparation militaire, les sociétés de gymnastiques se développent. En même temps s’accroît des sociétés sportives dont celles de tirs qui connaissent leur belle époque. Des stands rustiques se construisent comme à RAON. Les cours sont gratuits pour les moins de 20 ans. Dans les villes de garnison, il existe des sociétés de tirs militaires et des mixtes. Les tirs s’effectuent à l’arme de guerre, à des tirs au fusil gras à la distance de 300 mètres. Les cartouches se délivrent aux tireurs à un prix de 20 centimes les six. L’instruction de tir aux élèves des écoles primaires est élémentaire et pratique puis, prépare au service militaire. L’instructeur prend le nom des élèves les plus adroits pour les signaler à l’époque de l’inspection.

La Criquette

Le sapin qui pisse

LES DEBITS DE BOISSONS

Au milieu du 19ème siècle, l’agglomération raonnaise compte 75 débits de boissons, cabarets, auberges, cafés… La place Beauregard «place des Martyrs de la Résistance actuellement» en dénombre trois pratiquement l’un à côté de l’autre. En 1900, la France compte un débit de boissons pour 30 adultes. L’alcool est l’ultime compagnon de solitude et des fêtes. 1901, MAREVILLE reçoit 380 pensionnaires vosgiens. Il y a toujours une bonne raison de se saouler. La plupart des réunions se passent dans les salles de « bistrots » et le petit verre offert décide à s’exprimer.

Fête des Vétérans à Granges

LE RESTAURANT "BELLEVUE" A SAINT-BLAISE


Restaurant "Bellevue"

LE COINCHOT


Le Coinchot
Autres pages : Accueil 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10